The Elder Scrolls Online - Triskelion

[ Coalition du triskelion ]
Guilde de roleplay intégral (RPvE) et multi-factions sur TESO (Europe, PC/Mac)
 
AccueilParcheminsFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Manuel d'ethographie : les elfes des bois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ajaxandriel
Haut-administrateur
Haut-administrateur
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 03/03/2014
Age : 29
Localisation : Pas des Nuées

MessageSujet: Manuel d'ethographie : les elfes des bois   Lun 6 Fév - 20:57

Préambule : Ce manuel est à destination d'un public novice, à des fins de vulgarisation.

Citation :

Manuel d'ethnographie : Les elfes des bois
Par Ajaxandriel

______

Informations générales

Aussi appelés Bosmer, les elfes des bois sont une espèce elfique autochtone de Val-boisé.
Elle présente une civilisation tribale basée sur des croyances et un mode de vie en synergie avec leur environnement forestier.
On pourra distinguer plusieurs degrés d’adhésion à ce mode de vie et ces traditions (comme chez la plupart des races) entre d’une part les habitants indigènes de Val-boisé et d’autre part les expatriés dans le reste de Tamriel. La diaspora bosmer semble formée d’individus isolés, mais ceux qui habitent Val-boisé forment des clans, des villages voire des villes.

Leurs propres légendes en font les descendants de créatures informes et changeformes, fondues dans le chaos de la vie sauvage des temps des l'Aube, et dont la forme elfique aurait été stabilisée et sacralisée par le dieu Y'ffre en Val-boisé. La mythohistoire générale en fait plus simplement des descendants des anciens aldmeris établis dans cette région particulière de Tamriel.


Apparence

Vous reconnaîtrez un mer (elfe) à ses caractères faciaux : les oreilles effilées et les yeux en amande à large iris. À cet archétype, les bosmers s’identifient par un caractère notable : une petite taille, qui en fait la race la plus fluette de Tamriel. De plus, le visage a tendance à être plus large que chez les hauts-elfes. La forme des oreilles et les traits faciaux des mâles sont plus grossiers.
La teinte de la peau comprend différentes nuances de rosé chair et de brun, plus ou moins pâle ou foncé. Les cheveux sont noirs, bruns, gris, châtains, blonds, roux, acajou voire pourpre (sans que l'auteur ait pu déterminer s'il s'agit d'une teinture).
Les yeux peuvent être de diverses nuances de noir, blanc crème, beige, brun, orange, rouge, vert kiki, mordoré.
Chez certains elfes des bois, on remarque des cornes sur le front, de taille variable.


Habitat

La plupart des bosmers semblent nomades ou semi-sédentaires, vivant dans des arbres creux au tronc bombé et aménagé. Les villages sont composés de groupements de tels arbres, dont l’édification serait, selon les dires des elfes de bois, réalisée par des « chante-maisons » capables d’influencer leur croissance.

Les villes purement bosmer sont ainsi constituées d’arbres de tailles diverses.
La cité de Faneracine, dans le Bois de Graht, est centrée sur un chêne-graht géant constituant une sorte d’arbre-ville : un breuilaisné. Elle est le siège du royaume de la dynastie Camoran, dont le souverain actuel, Camoran Aeradan, a adhéré au Domaine aldmeri.
La cité de Silvenar, dans la région de Malabal Tor, est un pôle spirituel en étant le siège du Silvenar et de la Dame Verte.
Outre ces deux villes sédentaires, notons également Falinesti, une cité d’importance égale voire supérieure, que les savants classent même au rang des tours méréthiques, et qui a la particularité d’être littéralement migratrice. Malheureusement elle semble introuvable et sa disparition récente a plongé de nombreux elfes des bois dans le désarroi, ne laissant derrière elle que des « sites saisonniers » autrefois utilisés pour son implantation.

Val-boisé comporte également un certain nombre d’établissements urbains non-bosmer, de style altmer contemporain (si on met de côté les vestiges de style ayléide qui parsèment la région) : Marbruk et le quartier haut-elfe de Faneracine pour l’intérieur des terres, Foyeraie et Havre pour la côte. Bien que contraires à leur culture, ces implantations ont été acceptées par les notables bosmers locaux comme signe de bonne volonté à l’égard du Domaine aldmeri.


Valeurs

En général les elfes des bois accordent de l’importance à la vie au jour-le-jour, la vie en forêt, la chasse, l’espièglerie, l’agilité et l’adresse, mais par-dessus tout, le respect de la vie végétale.
La tradition se manifeste par le « Pacte Vert » qui est quasiment incontournable à Val-boisé, et connu de la majorité des elfes des bois expatriés. Censé avoir été instauré par le dieu Y’ffre, ce pacte régit la vie les bosmers au sein des forêts de Val-boisé, forêts qu’ils appellent « le Vert ».
Ces traditions interdisent la destruction de toute vie végétale dans Val-boisé, la consommation de matière végétale, l’agriculture, le fait de tuer sans raison, le changement de forme. Elles prônent la consommation de matières animales uniquement, qu’elles soient brutes ou transformées : mammifères, insectes, oiseaux, adversaires tués…
La tradition de cannibalisme appelée Mandat de la Viande, qui concerne ses propres victimes mais aussi les défunts de son clan, ne serait désormais plus qu'une pratique des régions les plus sauvages et reculées de Val-boisé.
Ces règles sont donc plus ou moins durcies ou adoucies selon les lieux, les clans, les accords avec d’autres peuples, voire les dispositions des esprits sylvestres locaux.
Notamment, il semble possible dans certains cas de se fournir en matières végétales mortes (tombées au sol), ou de s’approvisionner en-dehors de Val-boisé.
Les non-bosmers sont généralement exonérés de ces règles, mais y contrevenir publiquement peut être parfois perçu comme une provocation (*).
Les bosmers qui enfreignent le Pacte Vert, quant à eux, sont frappés d’apostasie : au mieux bannis, au pire condamnés à mort et leur âme est vouée au « Suint » (un espace rituel de punition mystique, apparemment situé sur un épanchement de goudrons naturels).

Le vol est accepté dans la société bosmer comme un défi et une preuve d’adresse. Le Droit de Vol consiste en la possibilité de demander une compensation quelconque de la part du propriétaire, en échange de la restitution d’un objet volé. Il semble qu’une telle "rançon" dépende du prestige de l’objet dérobé et du succès du vol en termes de furtivité.


Artisanat

La civilisation bosmer repose sur le travail des matières animales : le cuir, l’ivoire et l’os.
Le minage et la forge semblent limités par la difficulté à alimenter des feux sans faire usage de bois (bien que les charbons fossiles soient envisageables) et les matériaux minéraux, sans être proscrits, semblent ignorés par la plupart des artisans traditionnels.

Le produit de la chasse est la base de toute l’alimentation des elfes des bois. Certains clans pratiquent une forme d’élevage de forêt sur le mammouth sylvestre, un mammifère dont ils tirent fourrures, viande et laitages.
La cuisine est structurée par le Pacte Vert et repose donc uniquement sur la viande d’animaux et les insectes. Même les boissons alcoolisées sont concernées, puisque ces ingrédients sont fermentés pour produire un alcool local appelé « rothmeth ».


Rôles

La clef de voûte spirituelle de la société bosmer est représentée par un couple d'elfes des bois, désigné génération après génération. Ce couple est formé entre un prêtre d'Y'ffre incarnant la sagesse du peuple, le « Silvenar », et une chasseresse incarnant la férocité et la robustesse du peuple, la « Dame Verte ». La mort de l'un implique la mort de l'autre. Ils siègent dans la cité de Silvenar, en Malabal Tor, mais ils peuvent être amenés à voyager notamment pour les besoins de la diplomatie.

Au Bois de Graht, la lignée régnante des Camoran siège à Faneracine, mais des conflits dynastiques ont éclaté jusque récemment. Ainsi, la Rébellion Sèvenoire a émergé dès 2E489 à Cormont et s'oppose à l'intégration de Val-boisé au Domaine aldmeri, malgré une répression féroce de la part de Camoran Aeradan.

Les villes et villages de Val-boisé sont dirigés par des « thanes sylvestres ». Ce poste semble souvent occupé par des guerrières ou archères.

Les trameurs sont les gardiens du savoir et de la culture bosmer. Ce sont à la fois des conteurs, des oracles, des érudits et des chefs spirituels. On les définit souvent comme des prêtres dédiés à Y'ffre. Ils peuvent avoir eu des parcours différents auparavant (guérisseur, sorcière...). La tâche d'un trameur est avant tout d'apprendre, raconter et transmettre des histoires. Il peut ainsi développer l'histoire d'un défunt à partir d'un objet lui ayant appartenu, ou immerger ses auditeurs dans une histoire pour la leur faire revivre, telle une illusion qui viendrait recouvrir la réalité. Leurs plus impressionnants pouvoirs seraient d'influencer voire réécrire la réalité historique par ce biais.

Les jaqspurs sont des archers d'élite à arc long, généralement au service de la monarchie Camoran.

On compte, outre ces notables, des villageois chasseurs, cuisiniers, éleveurs...


Religion et pratiques rituelles

Les elfes des bois enterrent leurs morts. Ceci s'accorde avec leur révérence particulière pour les os et la terre, qui dans leur entrecroisement représenteraient la trame de Nirn.

Leur divinité tutélaire est Y'ffre, que certains connaissent sous le nom cyrodiilisé de « Jephre ».

Le panthéon bosmer est identique au panthéon altmer, à la différence qu'Y'ffre en occupe la place essentielle, et non Auri-El. De plus, des cultes continentaux (khajiit notamment) ont pu davantage s'y diffuser. (Il semble être fait quelques mentions de Z'en, dieu du troc, qui serait une pénétration du dieu impérial du commerce, Zenithar, voire selon certaines théories d'un culte propre au Marais Noir.)

Les créatures et esprits naturels de Val-Boisé sont assimilés en un seul concept : le Vert.
Le Pacte Vert garantit de ne pas froisser cette entité naturelle globale, et ainsi de bénéficier de ses bonnes grâces.
Par endroits cela semble se traduire par un culte à des esprits particuliers, comme celui d'un chêne-graht local, ou celui d'un animal-totem protecteur, avec lequel il serait possible de converser.


(*) Addendum : A titre indicatif, l’auteur recommande de ne pas enfreindre ces règles devant témoin en Val-boisé, afin d’éviter toutes complications fâcheuses, et ce même si en pratique, les enfreindre n’engendrera généralement aucune conséquence matérielle. (Article 5 du Traité de l’Étique, par le sapiarche Celestras : Du respect moral des peuples coalisés – Encyclique de dénonciation du Domaine aldmeri.)
Revenir en haut Aller en bas
http://triskelion.jdrforum.com
 
Manuel d'ethographie : les elfes des bois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elfes des bois .... de la nuit ?
» [Achat] Elfes sylvains - esprits des bois
» Les elfes sylvains à ma femme
» Tutorial: peindre avec de la lasure
» [Background/Inofficiel] Les collèges de Magie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Elder Scrolls Online - Triskelion :: Les Parchemins du Triskelion (Partie RP) :: Autel de Xarxès :: Le Compendium-
Sauter vers: